Maxime Toubart s’adresse aux vignerons champenois

Jamais, dans nos existences, nous n’avions été confrontés à une pandémie d’une telle ampleur. Le Coronavirus est désormais dans notre quotidien. Il bouleverse nos modes de vie et interroge notre avenir. Avant tout, c’est la vie même de nombreux de nos concitoyens qui est en danger.

Face à cette situation inédite, nous n’avons pas le choix. Notre priorité absolue est celle de préserver la santé et la vie de nos familles, amis, proches et celle de nos collaborateurs et salariés. Nous n’avons pas hésité à prendre les décisions qui s’imposaient et avons pour une très grande majorité d’entre nous appliqué les mesures de sécurité sanitaire préconisées par les pouvoirs publics.

Le SGV continue d’assurer également ses missions et il a relayé auprès des vignerons ces consignes. Je salue le formidable travail des collaborateurs, qui, au quotidien font tout leur possible pour vous accompagner au mieux dans ces périodes troublées.

J’ai été amené il y a quelques jours à pousser un coup de gueule face au  comportement de certains vignerons et certains prestataires qui ne respectaient ou ne se donnaient pas les moyens de faire respecter ces consignes. J’en ai appelé à la responsabilité individuelle mais aussi collective. Les innombrables réactions que cela a provoquées sur le terrain, dans nos villages, me rassurent, sur notre capacité à faire vivre le collectif, en particulier dans des moments aussi difficiles. Merci à tous ceux qui se sont et continuent de se mobiliser pour faire respecter les règles.

Je sais que la période qui s’annonce sera aussi celle d’inquiétudes économiques pour nos entreprises. Votre Syndicat est mobilisé pour y faire face. Nous avons obtenu du gouvernement la possibilité d’être reconnu comme un secteur essentiel pour l’économie de notre pays et, contrairement à d’autres, nous pouvons poursuivre notre activité. C’était déterminant en cette période de travail intense à la vigne et je n’ose pas imaginer ce qui se serait passé si nous avions été obligés de fermer même provisoirement nos exploitations. Pour autant, nous ne savons pas combien de temps va durer cette épidémie.

A l’heure où j’écris ces lignes, personne n’est capable d’en mesurer les conséquences. D’ores et déjà, les pouvoirs publics se mobilisent. Ils ont mis en place des dispositifs d’accompagnement en matière sociale, fiscale, etc.  Nous aurons aussi à faire face à des besoins de main d’œuvre. Votre syndicat est plus que jamais mobilisé sur ces sujets à vos côtés. Notre objectif est de tout faire pour assurer une récolte normale dans un contexte anormal. Nous devrons aussi être attentifs à nos partenaires du négoce, notamment les plus fragiles dont la situation est très gravement impactée par l’arrêt brutal des expéditions, au moment du paiement des prochaines échéances.

Nous devons aussi penser à l’après crise. Je n’ai pas de doute que demain ne  sera plus comme hier. Que nos concitoyens penseront différemment, qu’ils consommeront autrement. Je pense surtout que chacun mesurera la chance d’être en vie et valorisera le bonheur d’être ensemble et le partager. Le Champagne a toute sa place dans la société de demain. Un produit authentique, respectueux de l’environnement, symbole universel de la célébration et des moments heureux, qui a modelé des paysages uniques et généré un modèle d’organisation vertueux. Un modèle qui assure le partage des richesses. Nous devrons continuer à faire connaître nos savoir-faire et nos histoires. Je suis conscient du chemin qu’il faudra parcourir et des efforts à réaliser. Mais nous étions d’ores et déjà engagés sur ce chemin.

Ensemble nous ferons face à cette pandémie, ensemble nous reconstruirons et ensemble nous réussirons.

Aidez le corps médical à collecter des EPI

Dans le cadre de l’épidémie de COVID-19, l’Agence Régionale de Santé Grand Est fait appel à la solidarité générale et aux dons d’Équipements de Protection Individuelle (EPI) dont certaines activités professionnelles pourraient disposer, afin de venir en aide aux soignants et aux patients.

Dans ce cadre, ils sont à la recherche de:
– Masques types FFP2 et masques chirurgicaux
– Blouses à usage unique
– Charlottes
– Gants
– Lunettes de protection
– Sur-chaussures

 

Dans la Marne :

  • Pour le CH de Châlons-en-Champagne, les dons peuvent être déposés au magasin général Les coquelicots au 51 rue du Commandant Derrien à Châlons-en-Champagne, du lundi au vendredi de 14h à 17h. Pour votre information, ils sont actuellement en manque de surblouses (les combinaisons de traitement à usage unique peuvent faire l’affaire) et de charlottes.
  • Pour le CHU de Reims, les dons peuvent être déposés au Pôle logistique du CHU de Reims – 14 rue Roger Aubry à Reims du lundi au vendredi de 8h à 16h.
  • Pour le CH AUBAN-MOËT d’Epernay, magasin centrale du Centre Hospitalier – 137 Rue de l’Hôpital Auban – Moët à Epernay de 8h à 16h.

Pour les autres hôpitaux, merci d’envoyer un mail et transmettre vos promesses de dons à l’adresse suivante : ars-grandest-dt51-covid19@ars.sante.fr

 

Dans l’Aube :

  • Un bordereau de dépôt est à imprimer, à compléter et à confier au Centre Hospitalier que vous trouverez à la fin de cet article.
  • Centre Hospitalier de Bar-sur-Seine, se rendre à l’accueil de l’hôpital – 6 rue du stade à Bar-sur-Seine du lundi au vendredi de 9h30 à 12h et de 14h à 16h30.
  • Centre Hospitalier de Bar-sur-Aube : se rendre devant l’hôpital – 2 rue Gaston Cheq du lundi au vendredi de 10h à 12h. Contacter Madame Debout au 07 85 74 90 23.
  • Pour le secteur de Montgueux, dans un premier temps centraliser les dons et contacter ensuite l’ARS pour organiser le transfert sur la plateforme logistique du CH de Troyes.

Pour les autres hôpitaux, merci d’envoyer un mail et transmettre vos promesses de dons à l’adresse suivante : ars-grandest-dt10-covid19@ars.sante.fr

 

Dans l’Aisne :

  • Sous-Préfecture de Château-Thierry : Dépôt possible du lundi au vendredi de 8h45 à 12h – 28 Rue Saint Crépin à Château-Thierry

 

Dans l’ensemble de l’appellation Champagne :

Afin de faciliter la démarche, les magasins de la CSGV et Acolyance se sont également portées volontaires pour devenir des lieux de dépôt de matériels de protection, et ainsi les redistribuer aux hôpitaux ayant les besoins les plus urgents.

Les dépôts se feront en toute sécurité.

Un grand merci pour votre aide active !

Fermeture des locaux jusqu’au 15 avril 2020 inclus

Suite aux nouvelles annonces du Président de la République, hier soir, restreignant fortement nos possibilités de déplacements, le SGV Champagne et l’AG2C s’organisent au mieux pour répondre à vos besoins.

Ainsi les locaux du SGV Champagne et de l’AG2C à Épernay seront fermés au public à partir de ce jour, midi et jusqu’au 15 avril 2020 inclus. Les services restent joignables par téléphone.

Des permanences seront mises en place les mardis et jeudis de 9h à 11h30 pour permettre EXCLUSIVEMENT le dépôt / le retrait de documents. Cela commencera dès jeudi 19 mars 2020 et ce, jusqu’au 15 avril inclus, au moins. Des bannettes sont prévues à cet effet pour le dépôt et/ou le retrait de documents à l’accueil du SGV Champagne (pour le SGV et l’AG2C).

L’antenne de l’Aisne sera fermée au public mais joignable par mail et/ou téléphone.

L’Antenne de l’Aube sera fermée au public mais accessible physiquement lors des permanences (exclusivement dépôts/retraits et distribution des CRD préalablement commandées) les : mardis et vendredis de 9h30 à 12h00.

Les commandes des CRD seront possibles uniquement en ligne et la livraison des commandes se fera exclusivement via drive ou livraison à domicile.

Nous vous informerons au fur et à mesure de l’évolution de la situation sanitaire et des informations qui nous seront transmises par les pouvoirs publics particulièrement pour la poursuite de votre activité.

Report Assemblée Générale du SGV Champagne

A la suite des annonces faites par le Président de la République et de la réglementation entrée en vigueur ce week-end concernant les rassemblements de plus de 100 personnes, nous vous informons que l’Assemblée Générale du SGV Champagne initialement prévue le 7 avril prochain, est reportée.
 
L’épidémie mondiale entraîne de nouvelles mesures sanitaires de précaution, afin de limiter la propagation du virus COVID-19. Le SGV Champagne se trouve donc dans l’obligation de reporter cet évènement.
Nous vous tiendrons informés de la nouvelle date de l’Assemblée Générale lorsqu’elle sera fixée. 
 

Mieux vivre ensemble : la Charte de bon voisinage signée !

Élaborée conjointement par la Chambre d’agriculture de la Marne, la FDSEA de la Marne, les Jeunes Agriculteurs 51, le Syndicat Général des Vignerons de la Champagne, l’Association des Maires et des Présidents d’Intercommunalités, le Département de la Marne, le Comité Champagne, la Fédération régionale des Coopératives, la SAFER Grand Est et le Syndicat des Entreprises de Territoires, la Charte de bon voisinage a enfin été signée.

A la recherche de tranquillité et d’espace, la campagne attire chaque année de nouveaux habitants en quête d’une meilleure qualité de vie. Dans la Marne, les territoires ruraux sont aussi le socle d’une activité agricole et viticole forte, qui couvrent somme toute près 68% de la superficie départementale et représentent un poids économique et culturel important.
Chacun doit donc pouvoir y trouver sa place à la fois une population soucieuse de préserver son cadre de vie mais aussi des agriculteurs et viticulteurs dont le métier est soumis à de nombreuses contraintes comme la météo, les réglementations, et d’autres liées à la nature et au vivant.

La Charte de bon voisinage, travaillée depuis plus d’un an, concerne les applications de produits de protection des plantes dans les parcelles agricoles et viticoles de la Marne, mitoyennes des habitations.

Cet outil présente plusieurs objectifs :

  • Améliorer les relations entre les exploitants agricoles et viticoles, et les riverains
  • Expliquer le métier d’agriculteur et de viticulteur
  • Répondre aux enjeux de santé publique liés à l’utilisation des produits de protection des plantes
  • Formaliser les engagements mutuels des agriculteurs, viticulteurs, des maires de communes et autres acteurs du territoire.

Ces engagements ont été étudiés, débattus et validés par l’ensemble des signataires de cette charte. Ils sont le fruit d’un consensus et constituent les fondements du « Mieux vivre ensemble ».

Cette charte de bon voisinage s’inscrit par ailleurs dans la démarche promue dans la Loi EGALIM de 2018 visant à instaurer des dispositions permettant d’atténuer les désagréments liés aux traitements phytosanitaires le long des habitations. Elle marque également une volonté de dialogue et de concertation entre la profession agricole et viticole, les collectivités et les autres acteurs du territoire.